Le commerce équitable reste généralement compris comme un mouvement de

solidarité Nord-Sud visant à limiter les effets du commerce international. Pourtant, ces effets,

loin de se limiter à l'échange inégal entre le Nord et le Sud concernent également l'intérieur

des pays du Nord et du Sud où les inégalités se sont également accrues. Au Nord, la

spécialisation dans la production industrielle a fait perdre à la production agricole sa diversité

et les exploitants agricoles sont réduits à exercer un rôle subalterne et marginalisés dans un

processus de production et de distribution standardisé qu'ils ne contrôlent pas. Au Sud,

l'ouverture commerciale a conduit à la disparition des produits nationaux sur les marchés

intérieurs. Dans ces conditions, le développement des exportations, même équitables, ne peut

constituer la seule solution à cette situation.

Des pratiques commerciales novatrices, qui ne prennent pas toujours le nom de

commerce équitable bien qu'ayant des principes similaires mais à une échelle différente,

tentent de répondre à ces situations. Ces pratiques qui cherchent à reconstituer le lien social

entre consommateurs urbains et producteurs n'ont pas été d'emblée reconnues comme partie

du mouvement du commerce équitable, parce qu'elles opèrent à l'échelle locale et régionale.

« L'Agriculture Soutenue » par la Communauté en Amérique du Nord représente une de ces

nouvelles formes de solidarité entre villes et campagnes ; c'est un concept qui relie des

citoyens et des citoyennes à des fermes biologiques locales

 En France et en Suisse, un

mouvement semblable a pris le nom de Jardins de Cocagne avec le slogan «Cultivons la

Solidarité ». Au Venezuela, des besoins pressants de la population pauvre de la région de

Barquisimeto et de producteurs ruraux ont donné naissance aux « foires de consommation »,

lesquelles se sont répandues dans une grande partie du pays

 

L'articulation entre ces différentes échelles d'action n'ont pas encore eu une influence

sur les stratégies du commerce équitable au niveau national ou régional. N'y aurait- il pas un

commerce équitable Nord-Nord et un commerce équitable Sud-Sud ? On peut penser que

l'avenir du mouvement pourrait passer par le développement de filières plus courtes et de

marchés équitables nationaux ou régionaux.

 

Résumer: Cet article est une observation faite par des journaliste et il nous parle de la croissance positive du commerce équitable.